Le Sky Cruise

Publié le 26 Mai 2015

Le Sky Cruise

Susanne rentre chez elle, après une dure journée de travail. Enfin, elle peut profiter de sa semaine de vacances. Elle en a grandement besoin. Cependant, ces vacances n’ont aucune occasion, aucune raison particulière. Tout ce qu’elle a voulu, c’est se reposer. Elle a toutefois songé à partir à la plage, en voyage, ou dans un palace. Mais son dur travail lui a empêché d’organiser quoi que ce soit.

Susanne va donc se résigner à passer sa semaine chez elle, seule et sereine.

En rentrant, elle prend son courrier. Des factures, rien que des factures, comme toujours. Mais ce jour-là, elle reçoit une cordiale invitation au Sky Cruise.

« Chère Madame Fraser,

Votre adresse a été tirée au sort ! Vous avez gagné un séjour d’une semaine à bord d’un de nos Sky Cruises. Le paquebot de luxe sillonnera des mers qui dépasseront votre imagination.

Votre voyage de rêve commence le vendredi 25 juillet à 19:00. Un membre de notre équipage aura le plaisir de venir jusqu’à vous pour vous accompagner à votre paquebot vers 18:30.

Si vous avez la moindre question, veuillez trouver nos coordonnées en bas de page.

Nous vous souhaitons une magnifique journée !

Cordialement,

Le Sky Cruise »

C’est le 25 juillet, et Susanne regarde l’heure : il est 17:30.

Susanne est interloquée par ce service : venir frapper à sa porte pour l’accompagner jusqu’au port, ça lui semble inhabituel. Malgré sa méfiance, elle prépare son plan A et son plan B, comme elle a coutume de faire.

Pour son plan A, elle réfléchit à quelques questions et révise les quelques prises d’auto-défense qu’elle a apprises.

Et pour son plan B, elle prépare ses bagages.

18:30 ; la première seconde n’a même pas eu de franchir son pas que l’on sonne chez elle. Susanne entrouvre la porte et jette un œil dehors. Elle voit un homme souriant et euphorique, vêtu en marin.

  • Bonjour, Madame Fraser !

Elle fronce un sourcil et force un sourire.

  • Euh, bonjour.
  • Vous êtes prête pour votre voyage ? Le paquebot vous attend.
  • Vous allez m’y accompagner ?
  • Oui, Madame. Et c’est un véritable plaisir.

Susanne observe derrière lui : aucune voiture.

  • Pourquoi ?
  • Parce que vous ne trouveriez pas le paquebot vous-même. (Il fouille dans ses poches et sort un simple bracelet en plastique blanc.) Tenez, c’est votre entrée gratuite.

Elle est rassurée que le voyage ne se passera pas en voiture. Elle saisit donc sa valise et décide de le suivre. Le marin tend la main.

  • Je vais m’occuper de vos effets personnels. Vous permettez ?
  • Oui, faites seulement, dit-elle en lui tendant son bagage.

Ils avancent un peu jusqu’à l’extérieur du quartier, quand soudain Susanne écarquille les yeux. En elle, tout se fige.

Le marin s’envole avec ses bagages.

  • Eh ! Eh ! Mes… mes bagages ! balbutie-t-elle.

Le jeune homme, toujours avec son éternel sourire, la dévisage et l’invite à le suivre d’un geste de la main.

Puis, lentement, Susanne sent son poids disparaître : elle s’envole comme un ballon.

Coupée de son souffle, elle voit le sol s’éloigner de ses pieds. Tout cela la pousse vers l’incrédulité : elle se pince fortement l’avant-bras, mais elle grimace de douleur ; elle ne rêve pas.

Susanne s’élève dans les airs.

Euphorique et émotionnée, elle éclate de rire et se laisse aller.

  • Je vole ! Je vole ! s’écrie-t-elle.

Elle rit davantage, tourne sur elle-même et voit le monde descendre.

  • Oh, c’est magnifique ! J’y crois pas, je vole ! C’est merveilleux !

Autant joyeux qu’elle le marin flotte vers elle et lui tend un bandeau noir.

  • Tradition de la maison. Bandez-vous les yeux.

Susanne plisse les yeux. Malgré ce magnifique trajet, elle demeure méfiante.

  • C’est pour la surprise, ajoute le jeune homme.

La femme pense aux camps de vacances et au sympathique personnel. Elle décide donc de se prêter au jeu. Elle attache le bandeau derrière sa tête : le bandeau lui voile totalement la vue.

Elle s’envole encore et encore, sans savoir jusqu’où ils iront. Pour prouver sa présence, le marin compte chaque dizaine de mètres qui les séparent du paquebot.

Soudain, Susanne sursaute : elle sent une large couche humide l’envelopper : elle devine qu’elle passe une couche de nuages, ce qui la fait sourire.

Elle trouve cela génial.

Peu à peu, son ascension ralentit.

  • Nous sommes arrivés, annonce le marin.

Il vient derrière elle et lui enlève soudainement le bandeau.

D’abord éblouie par les lueurs orange d’un puissant crépuscule, Susanne écarquille les yeux et sa mâchoire se pend.

Devant elle, vogue toute une légion de paquebots noirs de monde. Elle entend des voix rire, discuter, s’amuser et s’émerveiller. Toutes ces croisières semblent se diriger vers la même direction. Certains d’entre eux sifflent lourdement, accueillant la nouvelle vacancière.

Son cœur bat la chamade et elle se cache le bas du visage, époustouflée.

  • Oh mon Dieu ! s’écrie-t-elle.

Le marin sort un talkie-walkie et prononce :

  • Madame Fraser est arrivée. Madame Fraser.

L’appareil lui répond.

  • Madame Fraser pour la croisière 5.
  • Croisière 5, bien reçu, confirme le jeune homme.

Il prend le poignet de la vacancière pour l’amener vers son paquebot.

  • Vos vacances sont sur le point de commencer. Bienvenue au Sky Cruise, Susanne.

Rédigé par Malika Hess

Publié dans #Textes

Repost 0
Commenter cet article