"Goëndolia" : Extrait N°3

Publié le 6 Décembre 2015

Il l’écarta et lui prit le visage pour qu’ils se retrouvassent les yeux dans les yeux.

– Écoute… je ne sais pas pourquoi tu allais te lancer. Mais quoi qu’il arrive, Vellirey, il faut que tu te relèves.

Celle-ci secoua la tête en pleurant davantage.

– Je n’ai plus rien…

– Tu as le temps de tout changer ! Tu es ton seul et unique guide. Si tu sais quel chemin tu veux emprunter, suis-le ! Peu importe ce que le monde dira ! Personne ne peut t’empêcher de vivre tes convoitises !

Sans répondre, elle laissa tomber sa tête en avant et pleura. Davem la serra dans ses bras.

– Sois forte, Vellirey, murmura-t-il.

Ils restèrent ainsi longtemps.

Le vent et les chants de la mer apaisèrent la jeune fille ; peu à peu, ses pleurs s’évanouirent. Dans les bras du derricalien, elle se sentit en sécurité et réconfortée – à tel point qu’elle agrippa son manteau pour l’empêcher de bouger.

Davem la sentit secouer la tête.

– Je ne veux pas de ce prince…

Les pensées de celui-ci se confirmèrent. Il baissa les yeux vers elle, compréhensif.

– Je l’ai vu…

– Je veux m’enfuir… je n’ai plus personne.

Il l’écarta et la regarda.

– Tu n’es pas seule. Et tu n’es pas une lâche. Tout peut toujours s’arranger, Vellirey. Je te le promets.

– Mais Davem… pourquoi restes-tu avec moi ?

– Parce que tu es la seule âme tourmentée que j’aie vu sur les nuages. Avant, il n’y avait que moi. Personne ne mérite la solitude.

Elle le regarda dans les yeux pendant un long moment, et put y lire de la compassion, et de la bienveillance.

Elle y vit son dernier espoir.

Rédigé par Malika Hess

Publié dans #Extraits

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article