"Voela" : Extrait N°3

Publié le 22 Octobre 2016

Plus tard, les discussions et les occupations quotidiennes ont repris.

Alors que je quitte un groupuscule pour en rejoindre un autre, j'entends un matelot m'appeler :

– Attend, Cassandre !

CASSANDRE ?!

Seul mon père m'appelait Cassandre !

Et mon père me manque !

Ma famille me manque !

Vœla me manque !

Ma maison me manque !

La vielle de mon père me manque !

Ses chansons me manquent !

Comment cet abruti se permet-il de me remémorer tout cela ?!

Je me retourne brusquement vers celui qui m’a appelée ainsi – je le reconnais par ses yeux écarquillés de stupeur face à mon évidente colère. En un rien de temps, je me retrouve devant lui. Toutefois, un sourire amusé reste figé sur son visage.

– Hôte-moi ce sourire, lui dis-je en serrant les dents, et ne m’appelle plus jamais ainsi. Sinon je t’arracherai les mains et te giflerai avec !

Il demeure là, à me dévisager.

Puis, ce crétin éclate de rire.

– Attention, la mouette menace de picorer !

Les matelots s'esclaffent.

Je me sens humiliée : mes poings se serrent à tel point que mes ongles se plantent dans ma paume.

Ils ne me prendront jamais au sérieux si je ne me montre pas menaçante. Et je ne veux pas perdre la place qu'ils m'ont accordée parmi eux. Alors j’arrache son épée de sa ceinture, et lui frôle la gorge avec la pointe. Je le vois tendu et l’entends déglutir.

Les pirates lancent de longs "ouh" de stupéfaction, avant de nous écouter avec intérêt.

– Je veux que tu effaces ce nom-là de tes pensées.

– Sinon quoi ?

Il vole le sabre d’un de ses amis et m’imite. J’ai un mouvement de recul, et nous nous menaçons du regard, les sabres dégainés.

L’équipage se réjouit de ce duel et s’écarte pour nous faire de la place.

Mon adversaire observe ses camarades avec un sourire malin.

– Ils veulent du spectacle. Je vais leur offrir de quoi se divertir…

Rédigé par Malika Hess

Publié dans #Extraits

Repost 0
Commenter cet article